Vivre en établissement d’hébergement pour personnes âgées à la fin des années 2000

Vivre en établissement d'hébergement pour personnes âgées à la fin des années 2000 {GIF}L’entrée en établissement d’hébergement pour personnes âgées (EHPA) intervient généralement le plus tard possible, au moment où l’état de santé ou l’âge peuvent le justifier. L’enquête menée par la DREES auprès des résidents des EHPA en 2007 apporte des informations sur leurs conditions de vie, leur degré d’adaptation et d’intégration en EHPA.

Le choix de l’établissement est d’abord motivé par sa situation géographique et sa réputation pour la personne âgée comme pour ses proches.

Avoir été bien préparé à l’entrée en établissement et être rapidement entouré sont un gage de bien-être futur pour les résidents. 86 % des résidents en maison de retraite et EHPAD depuis plus de 6 mois déclarent y vivre très bien ou plutôt bien.

Au-delà du fonctionnement classique des établissements, la plupart des maisons de retraite et EHPAD, des unités de soins de longue durée (USLD) ont également développé des protocoles spécifiques de suivi de certains événements (chutes, escarres, dénutrition…).

Hormis en USLD, la majorité des résidents disposent d’une chambre individuelle et peuvent y apporter du mobilier personnel.

Concernant leurs relations sociales, la majorité des personnes âgées reçoivent des visites de leurs proches, peuvent téléphoner librement, nouent des relations avec d’autres résidents. Le moment des repas est aussi particulièrement attendu. En revanche, le fait de ne pouvoir sortir ou sortir plus souvent est une des principales sources d’insatisfaction exprimée.

Référence : Rémy Marquier, 2013, « Vivre en établissement d’hébergement pour personnes âgées à la fin des années 2000 », Dossiers Solidarité Santé n° 47, Drees, octobre

Mots-clefs : EHPA, EHPAD, personnes âgées, conditions de vie