Les droits à la retraite des jeunes générations

Olivier BONTOUT, Amandine BRUN et Benoît RAPOPORT

La réforme de 2003 a fait de l’allongement de la durée d’assurance le levier essentiel d’équilibrage des régimes de retraite. La durée d’assurance requise pour obtenir une retraite à taux plein est, en effet, le seul paramètre pour lequel l’évolution à long terme est prévue. La règle énoncée est celle d’un partage des gains d’espérance de vie à 60 ans à raison de deux tiers sous forme d’allongement de la durée d’activité et d’un tiers sous forme d’allongement de la durée de retraite. Cette règle a conduit au passage de 40 à 41 ans de la durée d’assurance requise entre 2008 et 2012 pour l’octroi de la retraite à taux plein avant 65 ans. Son impact est susceptible d’évoluer au fil des générations, compte tenu, notamment, de l’évolution des âges d’entrée effective dans la vie active qui retentit sur les droits accumulés en début de carrière. Il est différencié selon les catégories sociales.

Pour éclairer cette question, plusieurs études ont été engagées récemment par la DREES, en collaboration avec l’INSEE, la DARES, la DEPP (du ministère de l’Éducation nationale) et le CEREQ. Ce dossier en donne les premiers résultats.

pdf Dossiers solidarité santé - 10 - 2009 - Les droits à la retraite des jeunes (...) Téléchargement (1.6 Mo)