Le compte de la dépendance en 2011 et à l’horizon 2060

En 2011, les dépenses publiques de prise en charge de la perte d’autonomie ont atteint 21,1 milliards d’euros, soit 1,05 point de PIB. Évaluée dans une optique ciblée sur le surcoût de la dépendance, cette somme recouvre les dépenses au titre des dépenses de santé (pour 11,0 milliards d’euros), de prise en charge médico-sociale (8,0 milliards d’euros) et de l’hébergement (2,1 milliards). En incluant les sommes à la charge des ménages, la dépense totale atteindrait 28,3 milliards en 2011, soit 1,41 % du PIB.

À l’horizon 2060, la prise en charge publique de la perte d’autonomie s’élèverait dans le scénario intermédiaire étudié à 35 milliards d’euros en valeur équivalente de 2011, soit 1,77 point de PIB. Cet accroissement, continu sur la période de projection, serait plus marqué entre 2025-2040 du fait de la démographie. Pour estimer la sensibilité des résultats à différentes hypothèses macro-économiques, démographiques ou d’indexation, plusieurs scénarios ont été simulés. Si les résultats ne sont pas sensibles en part de PIB aux hypothèses macro-économiques retenues, ils le sont en revanche aux hypothèses démographiques et législatives. Les hypothèses d’indexation des différentes aides sociales et fiscales dont bénéficient les personnes âgées dépendantes ont en effet une influence marquée, non sur le montant global, mais sur la répartition de la dépense entre financeurs publics et ménages.

Référence : Axel Renoux, Romain Roussel, Catherine Zaidman, 2014, « Le compte de la dépendance en 2011 et à l’horizon 2060 », Dossiers Solidarité Santé n°50, Drees, Février .

Mots-clefs : Dépendance, dépenses publiques, autonomie, projections, reste à charge, démographie, indexation, prestations