Insertion socio-professionnelle, état de santé et recours aux soins des bénéficiaires de l’AME : le rôle des réseaux d’entraide

Bénédicte BOISGUÉRIN

Fin 2010, 230 000 personnes bénéficient de l’aide médicale d’État (AME), un dispositif permettant de prendre en charge les dépenses de santé des étrangers en situation irrégulière. À partir d’une enquête réalisée en 2007 par la DREES, cette étude se penche sur le soutien éventuellement mobilisable par cette population, selon la provenance de l’aide (familiale, amicale, associative, sociale) et sa nature (matérielle ou financière, pour trouver un logement, du travail, effectuer des démarches). Il s’agit également d’observer si ce réseau d’entraide a une influence sur les conditions de logement, l’insertion professionnelle et l’état de santé perçu.
Le réseau d’entraide sur lequel peuvent s’appuyer les bénéficiaires
de l’AME conditionne directement leurs modalités d’existence : en particulier, l’insertion dans un réseau familial et amical améliore les conditions de logement et facilite l’accès à l’emploi.
L’état de santé des bénéficiaires de l’AME apparaît également lié à leur capacité à mobiliser un soutien : deux personnes sur dix se déclarent en mauvaise santé et quatre sur dix indiquent souffrir d’une ou plusieurs maladies chroniques. Ce sentiment est renforcé chez les personnes qui ne peuvent s’appuyer sur la famille ou les amis. Enfin, les bénéficiaires de l’AME recourent davantage aux soins
quand ils peuvent être épaulés à la fois par l’entourage familial et le milieu associatif pour effectuer des démarches et formalités.

pdf Dossiers solidarité et santé 19 - 2011 Insertion socio-professionnelle, état (...) Téléchargement (670.1 ko)