Impact des incitations financières sur l’arrêt ou la réduction d’activité des parents de jeunes enfants : une analyse par cas-types

Lorsque leur enfant en bas âge n’est pas encore scolarisé, les parents peuvent le garder eux-mêmes ou avoir recours à un mode de garde extérieur. S’ils interrompent leur activité professionnelle ou travaillent à temps partiel, ils peuvent en général bénéficier du Complément de libre choix d’activité (CLCA). Ils peuvent aussi travailler et faire garder leur enfant en crèche ou chez une assistante maternelle agréée, en bénéficiant dans ce dernier cas du Complément de libre choix de mode garde (CMG). Cette analyse par cas-types, qui porte sur des couples avec deux enfants dont un parent travaille à temps complet, montre que le système socio-fiscal peut parfois modifier l’arbitrage financier entre travail et inactivité réalisé par l’autre parent. Notamment, dans certaines configurations, travailler à temps complet ne serait pas toujours avantageux financièrement par rapport à travailler à 80 %. De même, travailler à un quart temps avec un salaire modeste ne serait pas toujours financièrement avantageux par rapport à ne pas travailler.

Référence : O. Sautory, 2012, « Impact des incitations financières sur l’arrêt ou la réduction d’activité des parents de jeunes enfants : une analyse par cas-types », Dossier Solidarité et Santé, juin.

Mots-clefs : mode de garde, enfant en bas âge, temps partiel, Complément de libre choix d’activité (CLCA), crèche, assistante maternelle, complément de libre choix de mode de garde (CMG), revenu de solidarité active (RSA)