Faut-il changer la formulation des indicateurs de « limitations d’activité » ? Une comparaison de quatre variantes de formulation du GALI

JPEGEurostat produit annuellement des calculs d’espérances de vie sans incapacité (ou « années de vie de bonne santé ») pour les pays européens. L’incapacité y est mesurée par une question générale sur les limitations d’activité posée dans l’enquête EU-SILC (European Statistics on Income and Living Conditions).

Cette question dite « GALI » (Global Activity Limitation Indicator) mesure la proportion de personnes déclarant « être limitées pour une raison de santé dans les activités que les gens font habituellement, depuis au moins six mois ». Elle fait partie du « mini-module européen sur la santé » qui comprend aussi une question sur la santé perçue et une autre sur les problèmes de santé chroniques.

La formulation complexe du GALI conduit aujourd’hui Eurostat à envisager de la simplifier. En utilisant les données du Baromètre d’opinion de la Drees, plusieurs variantes de formulation de cette question sont testées pour voir dans quelle mesure elles modifient la prévalence des limitations d’activité obtenue et si elles permettent de mieux mesurer les incapacités.

Les variantes testées conduisent à une prévalence significativement plus basse des limitations d’activité (autour de 20%) pour deux des trois variantes, par rapport à la prévalence mesurée par la question GALI actuelle, qui est de 25% dans cette enquête ; c’est en particulier pour les limitations d’activité sévères que cette diminution s’observe, et notamment parmi des personnes ayant déclaré par ailleurs dans le questionnaire des troubles fonctionnels. Un changement de question conduirait à une rupture de la série constituée depuis une dizaine d’années, sans que l’on puisse conclure à une amélioration de la qualité de mesure, ce qui invite à la prudence sur une potentielle simplification de la formulation des questions.

Référence : Emmanuelle Cambois (Ined), Sébastien Grobon (Drees), Jean-Marie Robine (Inserm-Ined), Herman Van Oyen (Belgian Scientific Institute for Public Health), 2015, « Faut-il changer la formulation des indicateurs de « limitations d’activité » ? Une comparaison de quatre variantes de formulation du GALI », Dossiers Solidarité Santé n°70, Drees, Décembre.