Quel risque de décès un an après une fracture du col du fémur ?

JPEGEn 2008-2009, près de 95 000 patients de plus de 54 ans, assurés au régime général de l’Assurance maladie, dont trois quarts de femmes, ont été hospitalisés pour une fracture du col du fémur.

Une femme sur cinq et un homme sur trois sont morts dans l’année qui a suivi. Le décès est corrélé avec l’âge pour les deux sexes, mais la surmortalité par rapport à la population du même âge est plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

Les types de fractures, les catégories d’établissements et les types de traitements influent peu sur la mortalité, sauf lorsque les patients ne peuvent pas être opérés. En revanche, l’état de santé du patient au moment de la fracture est déterminant.

En analyse multivariée, le risque de décès à un an augmente dès qu’il existe une pathologie chronique significative et croît jusqu’à 4,6 fois chez les patients les plus graves.

Référence : Philippe Oberlin, Marie-Claude Mouquet, 2016, « Quel risque de décès un an après une fracture du col du fémur ? », Études et Résultats, n°948, Drees, Janvier.