Parents bénéficiaires de minima sociaux : comment concilier vie familiale et insertion professionnelle ?

Parents bénéficiaires de minima sociaux : comment concilier vie familiale et insertion professionnelle {JPEG} À la fin 2011, 2 millions de bénéficiaires ont perçu l’allocation de solidarité spécifique et le revenu de solidarité active socle en France métropolitaine. Parmi eux, 900 000 vivent avec au moins un enfant de moins de 25 ans et 690 000 avec un enfant de moins de 12 ans. Comme tous les parents, ils peuvent rencontrer des difficultés pour concilier leurs vies professionnelle et familiale. Comme bénéficiaires d’un minimum social, ils peuvent se heurter à des obstacles spécifiques : ils doivent à la fois être dans une démarche d’insertion ou de recherche d’emploi et assumer la charge d’enfants, parfois très jeunes.

La moitié des parents bénéficiaires de ces minima sociaux sont des parents isolés : dans neuf cas sur dix, il s’agit de femmes qui représentent ainsi, au total, 71 % de l’ensemble des parents bénéficiaires de ces minima sociaux.

Très peu de pères qui ont au moins un enfant de moins de 12 ans déclarent un problème de garde d’enfant. Ceux qui sont sans emploi en retrouvent d’ailleurs un plus fréquemment que les mères au bout d’une année. Pour ces dernières, les problèmes de garde augmentent fortement avec la présence d’enfant en bas âge. Afin de concilier leurs vies professionnelle et familiale, un tiers des parents bénéficiaires font régulièrement garder leurs enfants.

Référence : Marie Acs, Étienne Frel-Cazenave et Bertrand Lhommeau , 2014, « Parents bénéficiaires de minima sociaux : concilier vie familiale et insertion professionnelle », Études et Résultats, n°874, Drees, février.

Mots-clefs : Insertion professionnelle, famille monoparentale, minima sociaux, garde d’enfant