Les réformes des retraites menées entre 2010 et 2015 : effets sur la situation des assurés, les dépenses des régimes et l’équité

JPEGLes modifications réglementaires en matière de retraite engagées entre 2010 et 2015 ont pour effet, à terme, de réduire la durée passée à la retraite de deux ans en moyenne et de diminuer la masse de pension cumulée sur le cycle de vie de 4,5 %, par rapport à une situation sans réformes. Les mesures liées à l’âge de la réforme de 2010 ont une forte incidence sur les âges moyens de départ, entraînant une baisse de la durée passée à la retraite. L’allongement de la durée requise pour le taux plein de la réforme de 2014 a un effet plus faible sur cette durée, mais touche plus directement la pension moyenne. Les accords AGIRC-ARRCO de 2011, 2013 et 2015, diminuent la pension tous régimes cumulée de plus de 1 %, en raison notamment des sous-indexations successives et des baisses de rendement.

Les personnes à faibles revenus sont globalement plus touchées par les réformes, avec une diminution de leur pension cumulée sur le cycle de vie de plus de 6 %. La baisse de pension est de 3,5 % pour ceux ayant des revenus élevés. Par ailleurs, les réformes ont un effet modéré sur l’amélioration de la situation relative des femmes par rapport à celle des hommes au fil des générations.

Cet Études et Résultats synthétise les principaux résultats du Dossiers de la DREES n° 9.

Référence : Cindy Duc,Henri Martin et Julie Tréguier (DREES), 2016, « Les réformes des retraites menées entre 2010 et 2015 : effets sur la situation des assurés, les dépenses des régimes et l’équité », Études et Résultats, n°985, Drees, décembre.