Les mutuelles en France : un panorama économique en 2001

Philippe ROUSSEL - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

En 2001, les groupements mutualistes ont versé en France plus de 9 milliards d’euros de prestations (+ 2,9 % par rapport à 2000) et perçu près de 11 milliards de cotisations, en progression de 2,4 %. Si les dépenses d’honoraires et de prescriptions représentent toujours plus des trois quarts des prestations maladie servies, ce sont celles liées aux soins dentaires et à l’optique qui ont le plus augmenté (+7,2 %).

Comme les années passées, à peine 5 % des groupements versent la moitié des prestations du secteur et les trois quarts des versements sont liés à des contrats individuels à adhésion facultative. Parmi les mutuelles dites « de santé », les mutuelles de fonctionnaires versent en moyenne davantage de prestations avec des cotisations plus élevées par personne protégée.

Les réserves (8,5 milliards d’euros) et les fonds propres (8,9 milliards d’euros) de l’ensemble des groupements connaissent un léger fléchissement en 2001, dû pour l’essentiel à un abondement des provisions pour risques et charges, en hausse de 22 %. Leur marge de solvabilité n’en reste pas moins élevée, à hauteur de 82 % pour l’ensemble du secteur. Leur résultat global, après opérations financières, demeure légèrement excédentaire malgré un déficit d’exploitation qui s’accroît de 250 millions d’euros par rapport à 2000. Enfin, la rentabilité des mutuelles de santé continue globalement à diminuer avec une différenciation accrue suivant le type de groupements.

En outre, les « réalisations sanitaires et sociales » gérées par les groupements, qui recouvrent divers services mutualistes, présentent en 2001 un résultat excédentaire de 19 millions d’euros pour un chiffre d’affaires stable par rapport à l’année précédente.

pdf Études et résultats - 299 - Les mutuelles en France : un panorama économique (...) Téléchargement (473.7 ko)