Les conditions de logement des bénéficiaires de minima sociaux en 2012 : difficultés d’accès, surpeuplement et contraintes budgétaires

Les conditions de logement des bénéficiaires de minima sociaux en 2012 : difficultés d'accès, surpeuplement et contraintes budgétaires {GIF} À la fin 2012, plus du tiers des bénéficiaires de minima sociaux sont locataires du secteur social. Parallèlement, environ un quart ne dispose pas de son propre logement : 18 % sont hébergés par des proches ou occupent un logement prêté (contre 4 % des personnes du premier quintile de niveau de vie), 2 % vivent dans des foyers ou des résidences sociales et 3% sont à l’hôtel, en centre d’hébergement, dans une habitation mobile ou sans domicile.

Leurs conditions d’habitat, très proches de celles des personnes du premier quintile de niveau de vie, sont difficiles. Le logement est surpeuplé pour un allocataire sur cinq, soit trois fois plus souvent qu’en population générale. Ces allocataires rencontrent aussi souvent des difficultés financières liées à leurs dépenses de logement : plus d’un tiers d’entre eux n’ont pu y faire face au cours des douze derniers mois.

Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) activité seul et du RSA socle majoré, plus souvent locataires en secteur social, sont ceux qui disposent le plus souvent de leur propre logement, mais une personne sur trois percevant le RSA socle majoré vit dans une habitation surpeuplée. Les bénéficiaires de l’ASS (allocation de solidarité spécifique) et de l’AAH (allocation aux adultes handicapés) sont les moins confrontés aux situations de surpeuplement.

Référence : Mathieu Calvo et Anne Legal, 2014, « Les conditions de logement des bénéficiaires de minima sociaux en 2012 : difficultés d’accès, surpeuplement et contraintes budgétaires », Études et Résultats, n°872, Drees, Février.

Mots-clefs : Logement, surpeuplement, minima sociaux, RSA (revenu de solidarité active), AAH (allocation aux adultes handicapés), ASS (allocation de solidarité spécifique)