Le congé de paternité : un droit exercé par sept pères sur dix

JPEGDepuis le 1er janvier 2002, à la naissance d’un enfant, les pères qui travaillent ou qui ont perçu une allocation chômage au cours des douze derniers mois peuvent bénéficier d’un congé de paternité indemnisé d’une durée maximale de onze jours.

D’après l’enquête Modes de garde et d’accueil des jeunes enfants de 2013, près de sept pères sur dix éligibles au dispositif ayant au moins un enfant de moins de 3 ans ont eu recours au congé de paternité en prenant, pour la plupart d’entre eux, la totalité des jours qui leur étaient accordés.

Parmi les facteurs que l’enquête permet de mesurer, l’âge et le statut de l’emploi du père sont deux facteurs déterminants du recours au congé de paternité. En effet, les pères de 40 ans ou plus, les travailleurs indépendants ou ayant un emploi précaire ou, a fortiori, les pères sans emploi prennent plus rarement un congé de paternité à la naissance de leur enfant.

À l’inverse, les salariés du secteur public ont davantage recours au dispositif : ils sont près de neuf sur dix à avoir pris leur congé de paternité.

Référence : Émilie Legendre, Bertrand Lhommeau (DREES), avec la participation de Justine Vincent (ENS Lyon), 2016, « Le congé de paternité : un droit exercé par sept pères sur dix », Études et Résultats, n°957, Drees, Mars.