Handicap, dépendance et pauvreté : les Français solidaires des plus vulnérables

JPEGEn 2015, selon le Baromètre d’opinion de la DREES, les Français se disent, dans l’ensemble, satisfaits du système de protection sociale. Une majorité d’entre eux soutiennent l’État dans sa mission de solidarité. Toutefois, le coût du système de protection sociale est jugé excessif. Les Français sont partagés entre le maintien du niveau des dépenses de protection sociale et la réduction des déficits publics.

Malgré cette préoccupation, la solidarité des Français envers les personnes en situation diffcile reste très marquée. Ainsi, une majorité souhaite que le revenu de solidarité active (RSA) soit augmenté. Toutefois, son financement pose question, tout comme celui de la prise en charge publique de la dépendance des personnes âgées. Le principe d’un minimum social plus élevé que le RSA pour les personnes dépendantes ou atteintes de handicap est très largement approuvé. Pour les enquêtés qui déclarent apporter une aide aux personnes dépendantes, le Baromètre révèle le- manque de -reconnaissance ou d’aide financière et matérielle de la part des pouvoirs publics.

Enfin, la majorité des Français soutiennent la scolarisation en milieu ordinaire des enfants handicapés, surtout les enfants présentant des déficiences motrices.

Référence : Étienne Perron-Bailly (DREES), 2017, « Handicap, dépendance et pauvreté : les Français solidaires des plus vulnérables », Études et Résultats, n°990, Drees, janvier.