Diplômés de formations sociales en 2010 : une insertion professionnelle qui résiste à la crise

JPEGLes diplômés de formations sociales de niveau III (équivalent à un bac+2) ou IV (équivalent au baccalauréat) sortis du système éducatif en 2010 sont en majorité des femmes. Arrivés sur un marché du travail dégradé par la crise financière de 2008, ils s’insèrent plus vite et d’une manière plus stable que les diplômés de niveau équivalent. 85 % d’entre eux ont trouvé un emploi en trois mois, contre 67 % des autres diplômés de niveau équivalent, et 37 % des premiers emplois qu’ils ont occupés ont duré au moins deux ans, contre 32 % pour les autres diplômés de même niveau.

Moins exposés au chômage ou à l’inactivité, environ six sortants de formations sociales sur dix bénéficient d’un emploi à durée indéterminée trois ans après l’obtention de leur diplôme. Leur situation est toutefois moins favorable que celle des diplômés de 2007.

Le salaire médian des diplômés de formations sociales est un peu plus élevé que celui des diplômés hors social de niveau équivalent : au premier emploi, il est de 1 350 euros constants pour le niveau III et de 1 300 euros pour le niveau IV. Cependant, la progression des salaires au cours des trois premières années d’expérience professionnelle est négative pour les métiers du social, contrairement à celle des diplômés des autres secteurs de même niveau.

Référence : Sandra Nahon, 2015, « Diplômés de formations sociales en 2010 : une insertion professionnelle qui résiste à la crise », Études et Résultats, n°936, septembre, Drees.