Dépenses de santé : une nouvelle baisse du reste à charge des ménages en 2015

JPEGEn 2015, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) est évaluée à 194,6 milliards d’euros, soit 8,9 % du PIB. Cette part est stable entre 2014 et 2015 (-0,04 point) alors qu’elle progressait depuis 2012.

Le rythme de croissance de la CSBM, inférieur à 3,0 % depuis 2010, est moins dynamique en 2015 (+1,8 %, après +2,7 % en 2014).

La CSBM est financée à 76,8 % par la Sécurité sociale. La hausse de ce taux de prise en charge (+0,2 point par rapport à 2014) est à rapprocher du dynamisme des postes de dépenses les mieux remboursés par la Sécurité sociale et de la progression du nombre d’assurés exonérés du ticket modérateur. À l’inverse, la part des organismes complémentaires, qui représente 13,3 % de la CSBM en 2015, diminue légèrement pour la deuxième année consécutive (-0,3 point sur deux ans). La part du reste à charge des ménages dans la CSBM diminue pour la quatrième année consécutive (-0,8 point sur quatre ans) pour s’établir à 8,4 % en 2015. Au sein de l’Union européenne des 15, la France est le pays où le reste à charge des ménages est le plus limité.

Le montant dévolu à la prévention sanitaire est évalué à 15,1 milliards d’euros pour l’exercice 2014.

Référence : Bureau de l’analyse des comptes sociaux et mission internationale (DREES), 2016, « Dépenses de santé : une nouvelle baisse du reste à charge des ménages en 2015 », Études et Résultats, n°971, Drees, septembre.