Le renoncement aux soins pour raisons financières dans l’agglomération parisienne

Déterminants sociaux et évolution entre 2005 et 2010

Cette étude épidémiologique analyse les déterminants psycho-sociaux du renoncement aux soins pour raisons financières des individus de l’agglomération parisienne et leur évolution entre 2005 et 2010.

Pour ce faire, elle mobilise les données de la cohorte SIRS (Santé, Inégalités et Ruptures Sociales), conduite auprès d’un échantillon représentatif de 3000 adultes francophones de l’agglomération parisienne (Paris et première couronne de départements) interrogés en 2005 et 2010.

Les résultats des modèles épidémiologiques montrent globalement une persistance entre 2005 et 2010 des principaux facteurs explicatifs du renoncement.

Par ailleurs, ils montrent que le fait de ne pas avoir de couverture complémentaire augmente très sensiblement le risque de renoncement aux soins pour raisons financières : les bénéficiaires de la Cmuc ont, toutes choses égales par ailleurs, un risque de renoncer aux soins globalement comparable à celui des détenteurs d’une couverture privée et très nettement inférieur à celui des personnes non couvertes.