En 2013, les retraités, toujours plus nombreux, ont perçu une pension moyenne de 1 306 euros bruts par mois

Communiqué de presse du 11 mai 2015

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie l’édition 2015 de son recueil sur « Les Retraités et les Retraites ». Cet ouvrage rassemble les principales données pour l’année 2013, permettant de dessiner un profil complet des retraités et de la composition de leur pension.

Fin 2013, la France compte 15,6 millions de retraités, vivant sur le territoire ou à l’étranger, soit 280 000 de plus qu’à la fin 2012. En ajoutant les retraités percevant uniquement une pension de droit dérivé – pension de réversion notamment –, le nombre total s’élève à 16,7 millions, soit 1,1 million de retraités supplémentaires, principalement des femmes.

Ces effectifs continuent de croître, mais à un rythme moins soutenu que lors de la période 2006-2010 où l’on observait, chaque année, 360 000 retraités supplémentaires en moyenne. Ce ralentissement est imputable, notamment, à la réforme des retraites de 2010, qui repousse progressivement l’âge légal de départ par génération de 60 à 62 ans.

Une hausse de 26 % des nouveaux retraités

Toutefois, on constate, en 2013, un plus grand nombre de nouveaux retraités : cette population augmente de 26 %, après une baisse de 11 % en 2012 et 12 % en 2011. Cette évolution est le résultat de deux effets combinés. D’une part, l’entrée en vigueur, le 1er novembre 2012, du décret élargissant les conditions d’accès au titre des carrières longues. Cette mesure étend la possibilité d’un départ à la retraite à l’âge de 60 ans pour les salariés ayant commencé leur carrière avant 20 ans. D’autre part, sous l’effet de la réforme de 2010 et du recul de l’âge de départ, la génération 1952 est partie massivement à la retraite en 2013.

L’écart de pension entre les femmes et les hommes diminue

Tous régimes confondus (salariés du privé, artisans, indépendants, agriculteurs…), les retraités ont perçu, en 2013, une pension moyenne de 1 306 euros bruts mensuels, en hausse de 1,9 % en euros courants et de 1,2 % en euros constants par rapport à 2012. Deux raisons à cette augmentation : la revalorisation légale au rythme de l’inflation et les carrières plus favorables des nouveaux retraités, en particulier chez les femmes. Au fil des générations, celles-ci sont plus diplômées et occupent des postes plus qualifiés.

Par conséquent, et c’est un autre constat de l’ouvrage, l’écart de pension entre les femmes et les hommes se réduit depuis 2004. Les femmes ont perçu, en 2013, une pension de droit direct de 993 euros, contre 1 642 euros pour les hommes. Leur pension est donc inférieure de 39,5 % à celle des hommes contre 45,4 % en 2004. Si l’on ajoute les avantages accessoires et les pensions de réversion, l’écart s’établit à 26 %.

À propos de l’ouvrage « Les Retraités et les Retraites, édition 2015 »

Intégrant la nouvelle vague de 2012, cette édition actualise les résultats issus de l’échantillon interrégimes de retraités (EIR). Ce panel dresse un panorama des retraités et des montants de leur pension, en observant finement les évolutions entre deux vagues selon les effets de multiples facteurs (revalorisations, acquisition de nouveaux droits, nouveaux retraités, retraités décédés, etc.). En outre, cette nouvelle édition présente pour la première fois les montants de pension nets de cotisations, ainsi qu’une analyse sur la retraite supplémentaire d’entreprise.

TÉLÉCHARGER CETTE PUBLICATION

« LES RETRAITÉS ET LES RETRAITES – ÉDITION 2015 », sous la direction de Gwennaël Solard et la coordination de Christel Collin, mai 2015